HORS-SERIE 2

Différents visages de l’éducation et de la vie au travail : enjeux théoriques et pratiques

 

Ce numéro spécial d’INITIO[1] présente les articles issus de recherches originales effectuées par les étudiant.e.s aux études supérieures s’intéressant aux enjeux liés à la formation et à la carrière. De fait, plusieurs changements ont marqué le monde du travail et de l’éducation au cours des dernières années (Founier, 2014). Ces mutations se sont produites au rythme des transformations économiques, sociales, et technologiques qui ont provoqué, au fil du temps, de nouvelles formes d’organisation du travail et transformé les méthodes de travail (Zawieja et Guarnieri, 2014). De même, ces mutations ne sont pas sans conséquence sur les processus d’insertion professionnelle et de maintien en emploi (Dubar, 2015 ; Pavageau, Nascimento et Falzon, 2007 ; Tremblay, 2003). La mondialisation des marchés et la prégnance de l’idéologie libérale dans la société occidentale sont associées à des conséquences majeures sur les parcours professionnels (Mercure, 2013). Le marché du travail est marqué par une accentuation de l’individualisme et des incertitudes qui soulèvent de nouvelles problématiques d’insertion professionnelle (Founier, 2014 ; Zawieja et Guarnieri, 2014). Les carrières individuelles sont de plus en plus diversifiées, présentant notamment des allers et des retours entre la formation et le travail, de même qu’une accentuation des parcours moins standardisés tels que des changements fréquents en cours de carrière ou une réorientation de carrière dans le dernier tiers de vie professionnelle des individus (Founier, 2014). De même, les transformations culturelles et économiques amènent les travailleurs à redéfinir la place du travail dans leur parcours de vie (Mercure et Vultur, 2010).

 

Dans la foulée de ces changements, la pertinence d’élaborer des connaissances permettant de mieux éclairer les problématiques vécues par les individus tout au long de la vie est devenue plus que jamais importante. C’est à cette mission qu’adhère le Centre de recherche et d’intervention sur l’éducation et la vie au travail (CRIEVAT), en s’efforçant de développer des perspectives contemporaines se rapportant, par exemple, à la formation et au développement de la main-d’œuvre ainsi qu’à l’insertion au monde du travail, aux parcours de vie professionnelle et à l’analyse et à la transformation des pratiques professionnelles et de soutien institutionnel[2].

 

Parmi les priorités du Centre, nous retrouvons la formation des étudiant.e.s à la recherche scientifique. Dans les dernières années, plusieurs étudiants se sont démarqués par leur participation soutenue à des activités scientifiques en participant activement à la diffusion de connaissances développées dans leur discipline par des communications ou par la rédaction d’articles scientifiques. C’est dans cet esprit que l’idée d’un « symposium étudiant » est apparue.

 

Les articles de ce numéro spécial apportent une contribution aux connaissances existantes sur le sujet en mettant en lumière les défis vécus par certains groupes d’individus, de praticiens et d’institutions face à ces transformations contemporaines du travail et de l’éducation. Ils proviennent tous de communications présentées le 24 mars 2017 au 10e symposium étudiant intitulé « Différents visages de l’éducation et de la vie au travail : enjeux théoriques et pratiques », tenu à l’Université Laval.

 

Le Symposium étudiant du CRIEVAT

Depuis sa toute première édition en novembre 2007, des étudiant.e.s membres du CRIEVAT ont pris en charge l’organisation de ce Symposium qui s’est tenu, dans ses neuf premières éditions, lors de la semaine québécoise de l’orientation initiée par l’Ordre des conseillers et conseillères d’orientation du Québec (OCCOQ). Plus spécifiquement, le symposium se donne comme mission première de 1/sensibiliser, dès le premier cycle, les étudiants à la recherche dans le domaine des sciences sociales et de l’éducation ; 2/offrir, aux étudiants des cycles supérieurs, une possibilité de présenter oralement des communications scientifiques. Ainsi, les étudiant.e.s sous la supervision d’un.e chercheur.e du CRIEVAT sont invité.e.s à présenter leur projet de recherche (essai, mémoire ou thèse), selon l’état d’avancement de leurs travaux (ex. problématique, méthodologie, résultats). On peut dire que l’événement a grandi au fil des années, en favorisant un lieu d’échange entre les étudiant.e.s, les chercheur.e.s et les praticiens. La 10e édition a poursuivi l’ouverture à l’interdisciplinarité entamée lors de la 9e édition en offrant ainsi aux participants une diversité de perspectives théoriques et pratiques permettant de mieux comprendre certains enjeux éducatifs et professionnels contemporains. Notamment, la place de plus en plus grande des technologies de l’information dans les parcours de vie a été soulevée par des étudiants-chercheurs en psychologie ; le rôle de l’état sur le bien-être des employés de la fonction publique, mais également sur la société en général a été analysé sous l’angle du management des organisations. De même, plus de sept universités étaient représentées lors de cette édition, permettant un moment privilégié de rencontre pour tous les participants afin de connaître les derniers développements de recherche à travers le milieu universitaire québécois. Fait à souligner, le symposium a accueilli son plus grand nombre de participants des cinq dernières éditions avec plus de 80 personnes. Ce cadre interdisciplinaire a été propice aux développements de nouveaux savoirs par la relève de chercheur.e.s et de praticiens.

 

L’édition de 2017 

C’est sous le thème des « Différents visages de l’éducation et de la vie au travail : enjeux théoriques et pratiques » que la dixième édition du symposium étudiant s’est affichée. Tout d’abord, il était essentiel que le thème s’inscrive dans les grands axes de recherche du CRIEVAT, tout en permettant un regard multidisciplinaire et renouvelé, tant du point de vue théorique que pratique afin de permettre des échanges entre les participants riche et varié. De cette manière, certains questionnements et discussions interdisciplinaires et interinstitutionnels ont pu avoir lieu entre les étudiants, les chercheurs et les professionnels impliqués directement ou indirectement à la formation et/ou à l’intervention.

 

Un aperçu du déroulement de la journée

La journée a commencé avec l’allocution de bienvenue de Mme Geneviève Fournier, directrice du CRIEVAT et professeure au département des fondements et pratiques en éducation de l’Université Laval. Madame Fournier a rappelé les nouveautés de cette édition du symposium, soit la possibilité pour les étudiants de faire une communication par affiche, puis elle a présenté la possibilité pour les étudiants de publier un article dans des actes de symposium dans la revue étudiante INITIO.

 

Ensuite, Mme France Picard, chercheure régulière au CRIEVAT et professeure au département des fondements et des pratiques en éducation, a ouvert le symposium par une conférence intitulée « Éducation et vie au travail : développement humain et développement social ». Elle a d’abord situé la création, le développement et l’évolution du centre de recherche dans les champs de l’éducation et la vie au travail. Ensuite, elle a enchaîné avec la présentation de certains enjeux importants et actuels en termes d’inégalités et d’injustices persistant dans le contexte québécois et canadien, tant en ce qui concerne la vie au travail que la vie scolaire. Madame Picard a aussi parlé des défis entourant les pratiques d’intervention auprès de différentes clientèles. Enfin, elle a situé la nécessité de préserver les préoccupations liées au développement humain et social au cœur des réflexions de la recherche et de la pratique dans le champ de l’éducation et de la vie au travail.

 

Pendant la journée du symposium, 22 étudiants de la communauté francophone, dont les travaux s’inscrivent dans le thème du symposium, ont présenté l’avancement de leur projet de recherche. Ces étudiants ont présenté leurs projets scientifiques sous forme de communications orales et d’affiches. Ces communications s’inscrivaient dans six grandes thématiques : orientation et processus de prise de décisions ; analyse des pratiques professionnelles ; développement psychosocial des personnes et qualité de vie au travail ; parcours scolaires et choix professionnels ; travail, santé psychologique et maintien durable en emploi ; vie scolaire et outils d’accompagnement. Après le dîner, quatre étudiants ont présenté leur projet sous forme d’affiches scientifiques. Les participants étaient invités à circuler librement et à poser des questions aux présentateurs et présentatrices d’une communication par affiche. Après cette journée de symposium bien remplie, un 5 à 7 organisé par le CRIEVAT a permis de procéder au lancement des sept nouveaux ouvrages rédigés par des chercheurs du CRIEVAT.

 

À la suite de ce symposium, quatre membres du comité d’organisation et un membre du comité scientifique de la revue INITIO se sont engagés à assurer la coordination scientifique d’une contribution collective. L’objectif était de permettre aux conférenciers-ères de publier leur communication orale sous forme d’article scientifique à titre de premier auteur. Cette opportunité leur permet d’acquérir de l’expérience d’un processus rigoureux de révision à l’aveugle par les pairs-étudiants.

 

Ce numéro de la revue INITIO rassemble cinq contributions des étudiants ayant présenté lors du 10e symposium du CRIEVAT dans l’une des grandes thématiques de l’événement.

 

Le premier article de ce numéro traite spécifiquement des jeunes issus de l’immigration. L’auteure met en lumière que ces jeunes rencontrent des obstacles particuliers durant la construction de leur vie professionnelle. L’auteure fournit un exemple prégnant quant à l’importance de ne pas limiter l’accompagnement aux seules sphères scolaires et professionnelles, mais de tenir compte des contextes culturels, familiaux et biographiques dans lesquels évoluent non seulement la personne immigrante, mais également les membres de sa famille. Sofia Arsenii s’intéresse principalement au rôle de la famille et de l’école pour comprendre le processus de construction du choix scolaire des jeunes immigrants roumains de deuxième génération, en ce qui concerne les études secondaires. Dans un premier temps, l’auteure examine deux dimensions qui permettent d’expliquer la construction du choix ; il s’agit en l’occurrence de la dimension générationnelle et la dimension du « pays d’origine ». Ensuite, l’auteure fait une analyse critique du vécu des jeunes immigrants d’origine roumaine à partir de résultats de recherches scientifiques portant sur le milieu familial et le milieu scolaire. Enfin, dans un troisième temps, elle se base sur la sociologie de l’expérience de Dubet (2002) et Lahire (2006) pour conclure que les choix que le jeune fait durant son parcours scolaire lui viennent de la famille immigrante et de l’école québécoise.

 

De même, la tendance vers la déchronologisation des parcours de formation (Founier, 2014) pose également des questions sur l’adaptation des pratiques d’accompagnement à des clientèles atypiques, de même qu’à une ouverture vers la mise en place de pratiques novatrices. Martha Teixeira a étudié l’apport du dessin lors de l’accompagnement des jeunes adultes inscrit à l’éducation des adultes. Elle présente certains résultats de sa recherche doctorale à l’égard de la mobilisation des capacités créatrices et intellectuelles par l’utilisation du dessin libre et du dialogue d’égal à égal. Son étude qualitative menée auprès de 6 participants démontre que le recours à cette méthode d’intervention permet à ces derniers de réfléchir à leurs projets d’avenir professionnel et de mettre des mots sur les expériences qui les préoccupent. Cette méthode d’intervention contribue aussi à offrir un soutien relationnel dans le but d’élargir la conscience des participants à l’égard de leurs capacités créatrices, intellectuelles et de prises de parole. L’auteur invite les professionnels et les milieux de pratiques des services d’orientation des écoles publiques secondaires et des centres d’éducation des adultes à réfléchir et à repenser leurs interventions auprès des jeunes.

 

L’article d’Audrey Dupuis et ses collaborateurs s’intéresse à une pratique typique en orientation, soit l’utilisation d’outils psychométrique auprès des élèves du secondaire, en soulevant l’importance de la prise en compte de la maturité vocationnelle pour soutenir les choix précoces chez les jeunes d’aujourd’hui. Dans leur article, les auteurs présentent certaines qualités psychométriques (validité de converence et fidélité [cohérence interne et test-retest]) de l’échelle affective de l’instrument du Questionnaire de maturité vocationnelle (QMV). Ces qualités psychométriques de l’échelle affective de l’instrument ont été évaluées à l’aide de la participation de 1164 adolescents à la passation du questionnaire à deux reprises. Les résultats montrent que l’utilisation du questionnaire de maturité vocationnelle (QMV) s’avère pertinente en raison de ses qualités psychométriques prometteuses. Cet instrument est intéressant à utiliser lors de processus d’orientation auprès d’adolescents puisqu’il contribue à approfondir les aspects liés à une meilleure connaissance de soi.

 

Quant à l’article de Catherine Pilon et ses collaborateurs, il traite de la nécessité croissante chez les travailleurs nouvellement diplômés de s’adapter rapidement à des contextes diversifiés et en mutation. Ces modifications du travail interpellent la nécessité d’assurer que leur qualification initiale réponde aux standards de production de leur profession afin de faciliter leur insertion en emploi. Spécifiquement, les auteurs interrogent les enjeux de la formation des ingénieurs qui influencent leur transition vers le marché du travail. Ils soulignent que, bien que la conception soit un élément central de la formation initiale des ingénieurs, la littérature fait ressortir que les savoirs mobilisés pour la pratique de conception semblent différents des savoirs enseignés. À partir d’une recension des écrits, les trois auteurs mettent en lumière que, bien que la formation initiale de conception inclue des savoirs techniques importants pour la pratique, les ingénieurs doivent également mobiliser des compétences sociales. Le travail de conception implique des interactions sociales variées, de la coordination de multiples acteurs ainsi que des savoirs sociotechniques. Pour une compréhension fine du travail réellement effectué par les ingénieurs, les auteurs suggèrent une analyse ergonomique du travail de conception qui permettrait d’arrimer les exigences de la pratique à la formation initiale.

 

Finalement, l’un des articles illustre le phénomène de la désinstitutionnalisation en matière de santé publique. Tornare et Rinfret explorent l’influence de la montée du libéralisme sur l’implication de l’État en matière de qualité de vie et de qualité de vie au travail. À partir d’un rétrospectif historique, elles s’intéressent au rôle de l’État dans la prise en compte de la qualité de vie et dans la qualité de vie au travail des employés du secteur public. Elles mettent en lumière que le cycle d’expansion de l’institutionnalisation présent jusque dans les années 70 s’effrite pour faire place à un cycle libéral et positif où l’individualisme est de plus en plus présent. Les chercheuses soulèvent la nécessite d’étudier ce phénomène à partir d’une perspective systémique afin de mieux comprendre les enjeux en matière de qualité de vie et de qualité de vie au travail pour les travailleurs du secteur public.

 

En terminant, nous espérons que la publication de ces actes de colloque permettra de poursuivre les discussions et les réflexions entamées le 24 mars 2017. Nous profitons aussi de cet espace pour remercier les membres du comité organisateur du symposium ayant contribué à la réussite de l’événement : Daniel Côté, adjoint à la direction du CRIEVAT, et les étudiants impliqués dans le comité, Anne-Michèle Delobbe, Céline Gravel, Doumbo Gautier Yé, Émilie Giguère, Marie-Maxime Robichaud, Michael Dussault et Adelle Simo. Nous remercions également le CRIEVAT pour son soutien dans l’organisation de l’événement de même que les nombreux participants ayant pris part à l’événement. Nous souhaitons également remercier les membres du comité éditorial de la revue INITIO qui nous ont permis de prendre part à un processus complet d’évaluation et de publication scientifique. Ils ont accepté généreusement de partager leurs outils et leurs processus de travail. Finalement, l’édition de ces actes a été rendue possible, notamment, grâce au soutien financier du programme de Soutien aux équipes de recherche du Fonds de recherche du Québec – Société et Culture- octroyé au Groupe de recherche et d'intervention sur l'insertion et le maintien durable en emploi (2015-SE-179210).

 

Bonne lecture !



[1] INITIO est une revue francophone créée par et pour les étudiants inscrits aux cycles supérieurs. Pour plus d’informations : https://www.initio.fse.ulaval.ca

[2] Pour en connaître davantage à ce sujet, le lecteur peut se référer notamment à la trilogie du CRIEVAT : https://www.crievat.fse.ulaval.ca/a_propos/nouveautes/?no_actualite=2872.


13 août 2018
Le comité éditorial de la revue sur l’éducation et la vie au travail Initio est à la recherche de plusieurs recrues pour assurer son fonctionnement.
 
10 mai 2017
INITIO publie dorénavant des articles hors thématiques qui regroupent des articles et des comptes-rendus de lecture qui ne correspondent pas au thème des appels à contribution. Il est donc possible, pour des étudiants des cycles supérieurs d’affiliations universitaires et de domaines disciplinaires variés, de soumettre une proposition de texte sur un thème libre touchant l’éducation et/ou la vie au travail.
 

 

La revue INITIO est née de l'initiative d’étudiants du Séminaire sur l'enseignement supérieur tenu à l'Université Laval à l’hiver 2010. Il s’agit d’une revue scientifique et internationale créée par et pour les étudiants aux cycles supérieurs. Point de rencontre entre théorie et pratique, elle se veut d’abord un lieu d’échanges pluridisciplinaires sur les enjeux liés à l’éducation et à la vie au travail.

En savoir plus >>